20 novembre 2016

Vision connectée

 

Vision connectée : les risques oculaires et corporels

Nos yeux ne sont pas conçus biologiquement pour une vision de près intensive.

Aujourd’hui nous évoluons dans un environnement multi-écrans (smartphone, tablette, ordinateur, télévision…), qui impacte notre santé visuelle, et bien plus ! Nos yeux sont beaucoup trop sollicités pour la vision de près, et sans nous en rendre compte nous adoptons de mauvaises postures lors de l’utilisation de notre smartphone ou tablette…Quels sont les risques de ces comportements devenus habituels, liés à une vie toujours plus connectées ? Comment préserver notre santé face à l’utilisation des écrans numériques ?

 

 

 

 

 

Les impacts négatifs de l’utilisation des outils digitaux sur nos yeux, notre santé :

  • L’exposition tardive à la faible quantité de la lumière bleue émise par les écrans, peut affecter la qualité du sommeil, la lumière bleue peut perturber la sécrétion de mélatonine (hormone qui intervient dans le rythme biologique).
  • Asthénopie : la difficulté ou l’incapacité de réaliser un effort visuel de près, conséquence d’une vision floue, et de maux de tête.
  • La sécheresse oculaires.
  • Yeux rouges et irrités.
  • Augmentation de la myopie, notamment chez les jeunes.
  • Troubles physiques : une mauvaise posture engendre douleurs dorsales, cervicales…
  • Troubles psychologiques : difficulté de mémorisation, perte de concentration, fatigue, irritabilité.

 

La prévention pour garder une bonne hygiène visuelle face à l’utilisation des écrans :

  • Réalisez des contrôles de façons régulières chez votre médecin ophtalmologiste
  • Pratiquez un bilan chez un orthoptiste qui déterminera si vous avez besoin d’une rééducation visuelle.
  • Accordez des « pauses visuelles » à vos yeux : toutes les 20 minutes, pensez à lever les yeux des écrans, et regardez loin devant vous pendant quelques secondes (la vision de loin est la position de repos pour les yeux) ; ceci réduira la fatigue visuelle et cérébrale causée par une vision de près excessive.
  • Cillez des yeux pour reformer le film lacrymal, utilisez sur prescription des larmes artificielles surtout si vous portez des lentilles de contact.
  • Hydratez-vous correctement.
  • Ayez un espace de travail ergonomique :
    • Une bonne posture (tête et dos droits)
    • Une bonne luminosité : l’éclairage de la pièce doit être adapté (pas de lumière éblouissante, ni de reflets), et les écrans pas trop lumineux.
    • Votre distance de travail, distance entre l’écran et vos yeux correspond à la longueur du bras à partir de la position assise, et droit devant.  Ceci permet d’avoir les yeux légèrement abaissés : ainsi les paupières recouvrent mieux les yeux, ce qui évite le dessèchement. Cette position de légère convergence permet de reposer les muscles des yeux.  Normes de distance de travail optimale : pour un écran de 14 pouces : 50cm, pour un écran de 15 pouces : 60cm, pour un écran de 17/18 pouces : 70cm, pour un écran de 21/22 pouces : 90 cm.

 

 

 

le digital menace nos yeux.

Nous nous retrouvons dans une posture peu naturelle, lors de l’utilisation de nos outils digitaux

Face à l’utilisation quotidienne des appareils digitaux, les professionnels de la vision, doivent s’adapter et apporter : prise en charge et conseils personnalisés, sensibiliser, prendre en compte l’environnement de chaque patient « connecté », ou « ultra connecté ». Tout ceci sans oublier les personnes emmétropes (celles qui ne portent pas de lunettes) qui sont elles aussi exposées aux troubles liés au digital.
Certains médecins ophtalmologistes commencent même à intégrer dans leur cabinet d’examen de vue smartphone, tablette afin de finaliser les tests de la vision de près, pour répondre de façon adéquate aux besoins visuels des patients connectés.
De nouvelles spécialités verront peut-être le jour comme « ergo-optométriste » afin d’orienter le patient en termes de soins concernant la santé visuelle, et corporelle.
Il est nécessaire d’avoir une bonne musculature oculaire, afin d’éviter la fatigue visuelle en travail de près, les maux de tête, les problèmes de concentration, les défauts de convergences, vision double, vertiges…
Le spécialiste qui pratique la rééducation des muscles oculomoteurs est l’orthoptiste. Cette rééducation permettra dans la majorité des cas de faire disparaître les plaintes en travaillant sur les muscles des yeux donc sur le cerveau aussi… Par exemple, les personnes dyslexiques se retrouvent souvent avec ce défaut de convergence, qui non corrigé chez l’enfant, peut être une des causes de mauvais résultats scolaires, entrainant même une aversion aux études. En cas de symptômes n’hésitez pas à  demander conseil à un professionnel de la vision, qui saura vous référer vers le spécialiste qui prendra en charge vos plaintes.

 

Bon à savoir :  Les yeux et notre posture

L’œil est l’organe sensoriel qui nous permet de voir, mais il a un rôle également dans notre équilibre comme l’oreille interne. Nos yeux envoient à notre système nerveux, notre cerveau, des informations via la rétine et les muscles oculomoteurs (les 6 muscles qui permettent aux yeux de se diriger dans diverses directions). Ainsi tous défauts : de coordination, d’asymétrie affectant les muscles oculomoteurs des yeux seront répercutés sur notre posture ; et de façon « inconsciente » nous compenserons avec de légères inclinaisons de la tête, positions des pieds, même par des mouvements de bascules, de rotation des hanches du bassin, de l’épaules… Nos yeux sont comme la boussole de notre équilibre.

Cet article ne prend pas en compte le cas des personnes aphakes ou atteintes de la DMLA, référence : /la-lumiere-bleue-et-nos-yeux/

 

Votre opticienne Athome Vision

 

 

Enregistrer